Cam sexy avec une femme mature

Femme mature nue en cam

Baise arrangée

Réseau Social Pour Adultes

Quand un homme rentre à la maison pour retrouver sa femme et une maison pleine de femmes, c’est soit très bien, soit très mal, surtout quand la conversation s’arrête dès que la porte s’ouvre. Et surtout quand les femmes qui le regardent ont ces expressions qui suggèrent qu’elles savent quelque chose qu’il ne sait pas (et bien sûr qu’elles le savent – c’est toujours comme ça). Sa femme s’est avancée et s’est dirigée vers lui.

« Salut chéri », dit-elle en passant ses bras autour de son cou, « Comment vas-tu ? ».

« Salut Em. Je vais bien. Qu’est-ce qui se passe avec vous ? » Il a dit et l’a relâchée, regardant les deux autres femmes.

Sa femme, Emilie, lui a souri. Ses riches yeux marron chocolat étaient encadrés par des cheveux bruns ondulés à longueur d’épaule et des lèvres pleines. Elle était mince mais pas maigre, et penchait du côté athlétique des choses ; séduisante selon tous les critères, surtout pour une femme de 40 ans. En fait, pensait Ryan, tout le groupe de ses amis était bien au-dessus de la moyenne. Carole était sa meilleure amie, grande, avec des cheveux roux longs comme des épaules et des yeux verts, un corps voluptueux, tout en courbes et en douceur. Ryan a toujours pensé qu’elle faisait partie des femmes les plus sexy qu’il ait jamais rencontrées, et elle avait une personnalité timide et séduisante qui allait de pair. Allison était la plus petite des trois, avec des cheveux châtain sable et des yeux bleus, mince, mais avec une grosse poitrine qui attirait l’attention des hommes même à travers un manteau d’hiver.

Emilie a jeté un coup d’œil à ses deux amies. « Nous faisions juste des commérages ».

« De bonnes histoires ? » Ryan a demandé.

« Juste les trucs habituels ». Elle a répondu.

Allison a tendu la main et l’a posée sur l’épaule d’Emilie.

« Je dois y aller et nourrir mon mari tête de noeud. Je te parlerai demain matin. »

Carole lui a dit : « Ne te laisse pas faire ce soir », alors qu’Allison se dirigeait vers la porte encore ouverte.

Ryan la regarda sortir et demanda : « Tout va bien avec Allison ? Elle a l’air énervée. Est-ce que Brad se comporte encore comme un con ? »

« Juste les conneries habituelles. Il râle pour rien. »

Ryan a traversé dans la cuisine et a passé la tête dans le réfrigérateur, à la recherche d’un encas.

« Où est Ashley ce soir ? » demanda-t-il, ressortant avec une pomme juste à temps pour surprendre les regards « réservé aux femmes » entre Emilie et Carole.

Emilie a parlé en premier. « Elle est à la maison, en train d’être morbide. Elle ne voulait pas venir au cas où elle s’amuserait un peu. » Une note de sarcasme.

« Oui, elle avait peur que le soleil la transforme en pierre. Putain de Méduse, » ajouta Carole.

Ryan gloussa, « Carole chérie, le mauvais mythe. Médusa était celle qui transformait les hommes en pierre pour son jardin. »

« Les hommes intelligents m’excitent tellement », a répliqué Carole.

Ashley avait divorcé environ 9 mois plus tôt et avait eu du mal à s’en remettre ; son ex-mari l’avait quittée pour une autre femme, ce qui, selon Ryan, était plutôt étrange puisque Ashley était une femme plutôt étonnante, intelligente et vraiment gentille.

« Vous devriez lui laisser une chance et arrêter d’être aussi intolérants », conseille Ryan en mordant dans la pomme froide et croquante. « Merde, cette pomme est nulle. Je déteste les pommes molles ! »

Emilie a regardé Ryan attentivement. « Écoute Ryan, nous avons une faveur à te demander. Ça va paraître bizarre, cependant. »

Carole a donné à Ryan un demi-sourire séduisant, « Mais ça pourrait être amusant. »

Le sourcil de Ryan s’est plissé, « Merde. Quoi ? » Il s’est dit que la voiture de quelqu’un était cassée et qu’il avait besoin d’un chauffeur, ou qu’un enfant avait besoin d’être gardé. Sa femme et ses amies venaient toujours lui demander de l’aide ; en vérité, il était l’homme de leur groupe d’amis vers lequel elles pouvaient se tourner. Le reste des maris, dans l’ensemble, ignoraient leurs femmes et ne faisaient connaître leur présence que lorsque cela répondait à leurs besoins. Ce fait mettait souvent Ryan dans le collimateur lorsque les filles avaient besoin d’un coup de main, mais il le laissait aussi régulièrement comme le seul homme dans un groupe de belles femmes.

Emilie a poursuivi : « Je ne sais pas trop comment demander ça, alors je vais simplement le dire. Nous pensons qu’Ashley a besoin de s’envoyer en l’air. »

« Non, » interrompit Carole, « Elle a besoin de jouir. Durement. »

Emilie a lancé à Carole un regard qui disait « c’est déjà assez dur, alors ferme-la ».

Ryan a laissé échapper un petit gloussement en direction de Carole. Il partageait son sens de l’humour brutal et plutôt franc. « Alors à quel point cela pourrait-il être difficile pour Ash de trouver un homme consentant ? Ce n’est pas comme si elle était méchante et avait des morpions. Enfin, peut-être qu’elle avait des morpions… Je vais essayer de penser à quelqu’un du travail avec qui nous pourrions la caser, » dit Ryan.

Carole a renvoyé le rire de Ryan, ce qui a perturbé Emilie encore plus. Elle n’a jamais aimé quand Ryan et Carole flirtaient, surtout devant elle.

« Ryan, je crois que tu n’as pas compris l’essentiel », dit Emilie.

Carole a gloussé encore plus fort et a fini par laisser échapper un grognement, ce qui a provoqué une crise de rire chez elle et Ryan. Emilie attendit que leurs rires se soient presque tus. « Tu n’aides pas, Carole ».

Carole a continué à sourire. « Tu veux que je lui dise simplement ? Ce sera peut-être plus facile comme ça. Ryan, Emilie, Allison et moi pensons que… »

« Carole ! » Emilie a interrompu. « Ryan, nous pensons que ce serait mieux pour Ash si elle était mise dans une position confortable, c’est tout. »

Les sourcils de Ryan se sont un peu levés, « Ok, alors… »

« Alors nous, les trois filles, avons pensé que tu pourrais l’aider », dit Emilie.

« Oui, l’aider à se remettre en selle », a ajouté Carole en jetant un regard en coin à Ryan. « Plus sérieusement, Ryan, elle a besoin de confiance, et tu es le gars le plus gentil qu’aucune d’entre nous ne connaisse. Elle est à l’aise avec toi. Nous le sommes tous. En plus, » Carole a jeté un coup d’œil furtif à Emilie, « nous avons entendu dire que tu n’étais pas si mauvais au lit, ce qui est mieux que ce que nous pouvons dire du reste de nos maris. »

Il a eu l’air confus, son cœur battant la chamade, « Emilie… ? »

« Ryan, » dit Emilie en s’approchant de lui, « Je sais où en est notre mariage et c’est bon. J’y ai pensé depuis un moment, et en fait c’était mon idée. Nous avons déjà tout mis en place. Ash le sait et est prêt à essayer. » Elle a mis ses bras autour de son cou et a chuchoté à son oreille « Je me rattraperai. Je te le promets. »

Ryan est arrivé à l’hôtel cette nuit-là – les filles savaient que cela devait arriver avant que quelqu’un puisse changer d’avis. Ryan, Emilie et Carole en avaient parlé et avaient fixé les limites – c’était pour Ashley et Ryan devait respecter cela, mais elles savaient toutes qu’il la traiterait comme une reine, et c’est pour cela qu’elles lui avaient demandé de faire ça. Emilie avait dit aux filles qu’il était un amant lent et doux, qu’il faisait toujours en sorte de répondre à ses besoins. Pourtant, c’était un sentiment étrange pour lui de rencontrer une autre femme, surtout une qu’il connaissait si bien, après avoir été avec seulement Emilie pendant tant d’années. Une partie de son esprit avait la pensée suspecte qu’il s’agissait d’un coup monté pour tester sa fidélité dans la situation la plus difficile qui soit, mais au fond de lui, il savait que les filles avaient raison. Et bien sûr, il y avait la petite partie masculine de son cerveau qui peignait l’image du fantasme parfait…

L’intérieur de l’hôtel était chaud et sec après l’après-midi d’automne frais et pluvieux, et très agréable. Ryan a trouvé les ascenseurs et a appuyé sur le bouton du 10ème étage – le dernier niveau du bâtiment. La porte s’est ouverte en glissant et il a marché sur l’étage du penthouse.

« Les filles n’ont pas manqué de ruse », pensa-t-il en sortant de l’ascenseur à l’étage des suites. Il a frappé légèrement à la porte marquée 1001, ses nerfs commençant à se faire sentir lorsqu’il a réalisé combien de temps cela faisait depuis qu’il n’avait pas touché une autre femme qu’Emilie. La porte s’est ouverte et Ashley se tenait debout et le regardait, les nerfs prenant clairement le dessus sur elle aussi. Son apparence a déclenché une nouvelle vague d’anxiété chez lui ; elle était habillée d’une robe de cocktail noire moulante qui s’arrêtait à mi-cuisse, montrant le reste de ses jambes bronzées et athlétiques en dessous. Elle était décolletée et sans manches, laissant ses épaules en forme de gymnase avoir un effet maximal sur lui, et ses petits seins fermes étaient accentués par la coupe de la robe. Ses cheveux étaient marron foncé, presque noirs, et coupés juste après l’épaule, encadrant la peau lisse et bronzée de son visage. Ses yeux sombres en amande et ses lèvres pleines lui donnaient un air sensuel, avec presque un soupçon d’ethnie asiatique.

Ashley s’est écartée pour le laisser entrer et a dit : « Je ne savais pas trop quoi porter pour une baise arrangée. J’espère que c’est ok. » Son sourire ironique et forcé montrait clairement qu’elle essayait d’alléger la situation, un effort que Ryan a apprécié.

« Moi non plus, mais tu es superbe. » Il portait un pantalon beige clair et une chemise à manches longues de la couleur du bordeaux. D’habitude, il ne prêtait pas beaucoup d’attention à la coordination de ses tenues, mais Emilie et Carole l’avaient « habillé » l’après-midi et s’étaient assurées que ses chaussures, sa ceinture et sa montre allaient ensemble. Il était de taille moyenne, près d’un mètre quatre-vingt, et sa carrure fine était le résultat de longues promenades à vélo, qu’il faisait souvent avec Emilie et parfois avec son groupe d’amies. Ses yeux étaient d’un riche gris-bleu si frappant qu’ils attiraient souvent l’attention des gens, qui faisaient invariablement des commentaires sur la couleur inhabituelle de l’acier. Ses cheveux châtain clair étaient gardés courts et il ne leur accordait presque aucune considération, si bien qu’ils avaient souvent l’air de venir de perdre un combat contre le vent. Mais ce que les filles du groupe d’amies d’Emilie trouvaient le plus attirant, c’était son sourire facile qui mettait les gens à l’aise, les mettait à l’aise, comme si les problèmes qu’ils avaient n’étaient pas si importants après tout. Son rire transparaissait dans ses yeux, les faisant remonter aux coins et leur donnant une petite lueur à l’effet contagieux qui pouvait toujours faire rire les filles pour un rien.

La suite dans laquelle Ryan est entré ressemblait plus à un appartement qu’à un hôtel, avec un salon et une cuisine à l’avant, et une grande chambre à l’arrière. À travers la porte de la chambre, une cheminée était visible, avec une pile de bois posée sur l’âtre. Le soleil de fin d’après-midi envoyait une lumière diffuse à travers le ciel nuageux qui laissait la pièce d’une pâleur grise. Ryan a posé son petit sac de voyage sur le bureau de l’hôtel et a sorti une bouteille de chardonnay encore fraîche et deux verres. Ashley et lui étaient les deux seuls dans leur petit groupe d’amis à aimer le chardonnay, et il avait donc pris le meilleur vin qu’il avait pu trouver en urgence.

Ashley a regardé la bouteille, « Oh mon Dieu, merci beaucoup », et a posé une main sur l’épaule de Ryan pendant qu’il ouvrait la bouteille et versait deux verres. La sensation de sa main a envoyé une nouvelle vague de papillons dans son estomac, mais l’a excité en même temps. Ce n’était pas comme s’il n’avait jamais pensé à ce que cela ferait d’être avec Ash, sa peau contre la sienne, le goût de ses lèvres, ses mains qui le caressaient. Il a dû se secouer presque physiquement pour sortir de sa rêverie, un rêve éveillé qui se transformait rapidement en réalité.

« Alors je ne sais pas exactement par où commencer, Ryan… »

Il lui a tendu un verre et lui a fait signe de s’asseoir sur le canapé.

« Prenons simplement un verre de vin. Nous ne sommes pas obligés de faire quoi que ce soit, tu sais. C’est pour toi, comme tu veux que ça se passe. Nous pouvons nous asseoir et nous saouler, si tu le souhaites. Je suis juste là pour te servir de gardien pour la nuit », a-t-il dit en affichant ce sourire désarmant.

Sa gratitude était claire dans le sourire qu’elle lui a rendu. Ils se sont assis et ont lentement siroté leur vin, discutant de la vie, de la politique, du mariage, de tout ce qui leur venait à l’esprit. Le vin les réchauffait tous les deux, et le visage d’Ashley avait pris le plus léger éclat qui lui donnait un peu l’impression qu’elle venait de terminer une séance d’entraînement. Ryan a posé son verre sur la table et a posé ses mains sur ses épaules, la faisant tourner pour que son dos soit face à lui, et a commencé à lui masser les épaules et le cou, en exerçant une pression douce et en faisant de petits mouvements circulaires. La sensation de sa peau était comme une crème sous ses doigts alors qu’il travaillait chaque centimètre de chair exposée. Ses mains ont effleuré ses bras jusqu’à ses mains, donnant la chair de poule et laissant ses mamelons durs sous sa robe. Il pouvait sentir sa respiration s’accélérer et savait que l’exercice avait le même effet sur eux deux.

Elle a retourné la tête pour regarder Ryan. « Tu vas finir le travail pour lequel tu es venu juste en faisant ça… » Sa voix avait pris le ton légèrement rauque de la luxure.

Il s’est penché vers Ashley et, se rendant compte qu’il prenait un risque, l’a embrassée légèrement sur le coin de la bouche – un baiser qui se situait de manière alléchante entre celui d’un amant et celui d’un ami. Elle a laissé les paupières de ses yeux marron foncé se refermer et a retourné sa tête dans une invitation claire pour que Ryan continue son exploration de son corps.

« Alors, » a-t-il pensé, « nous allons aller jusqu’au bout après tout. » Il a passé ses doigts dans ses cheveux et a commencé à masser la peau sensible de son cuir chevelu.

À travers ses yeux fermés, Ashley a dit : « Ok, Ryan, tu m’as séduite maintenant. Sois juste doux, ça fait longtemps que je n’ai pas fait ça. »

« Ne t’inquiète pas, Ash. Je te le promets », et il a embrassé la nuque de la jeune femme avec de légers baisers papillon avant de se lever du canapé, « Attends juste une minute, ok ? Je reviens tout de suite. »

Ryan est entré dans la pièce dominée par un monstrueux lit king avec un excès de gros oreillers moelleux empilés sur trois niveaux. Les murs de la chambre étaient peints en beige doux et accrochés à de grandes impressions montrant des galeries d’art du monde entier ; le Louvre, le Met, la National Art Gallery. Il a tiré le couvre-lit marron et or pour révéler des draps blanchis à un blanc choquant. Ceci fait, il a porté son attention sur la cheminée. Posé sur la grille à l’intérieur, il y avait un mélange préparé de bois d’allumage et de papier prêt à être allumé et un paquet d’allumettes en bois laissé à proximité, tout cela faisant partie de l’expérience du penthouse de l’hôtel. Il s’est accroupi sur ses hanches et a allumé le papier, de petites flammes jaunes teintées de vert s’agrandissant au fur et à mesure qu’elles se répandaient sur le papier et commençaient à consumer le fin bois d’allumage, émettant de petits crépitements satisfaisants alors que le feu s’établissait sur le bois. Il a ajouté une petite bûche à la flamme grandissante, s’assurant qu’elle s’installe juste au bon endroit avant d’en ajouter une deuxième.

« Tu es bientôt prêt ? » Ashley a dit depuis l’embrasure de la porte. Sa voix portait un ton légèrement moqueur qui demandait vraiment pourquoi on faisait attendre une femme belle, volontaire et enthousiaste.

Ryan s’est levé, tournant le dos au feu qui claquait sur les deux bûches fraîches. Ashley était appuyée sur un côté du cadre de la porte, une main caressant oisivement sa cuisse, déplaçant légèrement l’ourlet de la robe le long de sa jambe. Elle était éclairée par la lumière grise des derniers vestiges de la journée pluvieuse mélangée au jaune vacillant de la cheminée. L’effet l’a complètement surpris et il ne pouvait rien faire d’autre que de rester debout et de la fixer. Elle est entrée dans la pièce et s’est lentement approchée de Ryan, se rapprochant le plus possible de lui sans le toucher, leurs corps n’étant séparés que par une mince couche d’air. Le feu a gagné en force derrière eux et sa lueur jaune s’est intensifiée, luttant contre la nuit à venir pour le contrôle de la pièce.

Les yeux d’Ashley étaient à moitié fermés et sa bouche légèrement entrouverte. « Ne bouge pas », a-t-elle chuchoté.

Elle a laissé ses lèvres effleurer les siennes, chatouillant leurs deux sens, et sa langue a tracé le plus léger contour de ses lèvres, ne laissant toujours aucune autre partie de leurs corps se toucher. Toute pensée d’incertitude que l’un d’entre eux avait portée dans l’hôtel avait été chassée dans la nuit. Ashley s’est laissée pencher en avant presque imperceptiblement et Ryan pouvait sentir ses mamelons durs taquiner sa poitrine à travers sa chemise fine alors qu’elle déclarait se balancer lentement sur son corps. Elle a ensuite fait un pas en arrière et lui a tourné le dos, laissant ses fesses frôler son entrejambe en se tournant, sentant sa bite dure confinée dans son pantalon. Ryan a tendu la main et a laissé ses doigts errer sur la peau exposée de ses épaules et de son cou.

Il a trouvé la fermeture éclair de sa robe et a commencé à la descendre lentement, s’arrêtant à chaque centimètre pour embrasser la peau chaude nouvellement exposée de son dos. Sa tête pendait en avant, les cheveux tombant en cascade autour de son visage, et Ryan a profité de la peau nue avec de légers baisers et le bout des doigts qui couvraient son cou et son dos. La fermeture éclair a atteint son nadir au bas de son dos et Ryan a pu voir qu’elle ne portait rien sous la robe de cocktail noire. Ses mains ont glissé le long de son dos et ont caressé la peau douce juste au-dessus de ses fesses, laissant la sensation se dessiner d’elle-même. Ses mains se sont tendues vers l’arrière et ont trouvé ses hanches, le tirant près d’elle, laissant sa queue dure se nicher dans la crevasse de son cul.

Ashley a tourné la tête et a embrassé Ryan, leurs langues se mélangeant, ses mains explorant ses seins à travers sa robe. Un petit gémissement lui échappa et elle se leva alors, laissant la robe tomber au sol, la laissant nue dans l’air frais. Ryan l’a doucement déplacée jusqu’au bord du grand lit et elle s’est penchée, s’appuyant sur ses mains, les fesses en l’air. Il a fait un pas sur le côté et une main a glissé le long de son ventre tandis que l’autre a effleuré son cul, pour finalement se retrouver sur sa chatte maintenant humide. Ses doigts ont effleuré les lèvres, effleurant à peine son clito gonflé, suscitant des gémissements de plaisir de la part d’Ashley. Ses hanches se sont mises à tourner, cherchant un moyen d’appuyer ses doigts sur son clito.

« Ralentis, Ash », a chuchoté Ryan, « Je te promets que tu vas jouir ».

Sa voix était haletante maintenant, fumante de luxure. « Je ne pense pas pouvoir attendre beaucoup plus longtemps. »

Ryan a laissé ses doigts danser sur elle, la taquinant, effleurant son clito, sondant juste dans sa mouille et puis en arrière. Il pouvait sentir son clito gonfler, entendre le rythme de sa respiration s’accélérer. Sa main gauche a remonté le long de son corps, trouvant un mamelon entre le pouce et l’index en même temps qu’il augmentait la pression sur son clito, son doigt tournant en rond autour. Il a maintenu une pression constante pendant plusieurs secondes tandis que le dos d’Ashley se cambrait et qu’elle reprenait son souffle.

« Je vais jouir dans environ 5 secondes », a sifflé Ashely. Elle s’est tournée et a laissé leurs regards se croiser. La main de Ryan a bougé plus rapidement entre ses jambes, utilisant maintenant deux doigts d’avant en arrière sur son clito, pinçant doucement un téton avec son autre main.

Ryan s’est penché sur elle et a murmuré à son oreille : « Je veux que tu jouisses pour moi maintenant. »

Ashely a gardé ses yeux sur les siens. « Ok » est tout ce qu’elle a pu gémir. Son corps s’est tendu et pendant un long moment, elle a retenu sa respiration, serrée dans sa poitrine, puis « Oui, oh mon Dieu. S’il te plaît, ne t’arrête pas. Je jouis en ce moment même. Ses gémissements étaient doux et la chose la plus érotique que Ryan ait jamais entendue. C’était le son d’une femme complètement immergée dans une mer de plaisir.

Il a commencé à faire glisser alternativement ses deux doigts dans sa chatte puis à revenir sur son clito dans un rythme lent et délibéré. Il a laissé son autre main glisser vers le bas et commencer à masser son clito, ajoutant à la sensation.

« Ryan », a-t-elle haleté, « Hun, je suis sur le point de jouir à nouveau ». Il a continué à caresser son clito engorgé. « Oh putain, ça y est… » Elle s’est déhanchée et a commencé à gémir alors qu’il continuait à travailler sur sa chatte, sa voix arrivant dans des halètements alors que son orgasme roulait sur elle. Son orgasme était cette fois plus long et plus intense et Ryan a maintenu son mouvement constant jusqu’à ce qu’il sente son corps se détendre sous lui.

Elle l’a regardé à travers des yeux glacés par le dernier film de ses multiples orgasmes, laissant finalement son corps s’étendre à plat sur le grand lit. Ryan a fait glisser la couette sur son corps nu et a laissé ses mains masser ses épaules et le haut de son dos.

« Je n’ai jamais joui aussi fort auparavant. C’est comme ça que c’est censé être à chaque fois ? » a-t-elle demandé.

Il a laissé échapper un petit rire. « Ash, si je te dis ça, ça te gâchera pour les autres hommes. Mais je suis content que ça t’ait plu. »

Ashely s’est retournée, la lumière du feu lui donnant une douce lueur rougeâtre en passant sur ses seins nus. Ses yeux ont parcouru son corps et se sont posés sur la bosse dans son pantalon.

« Ryan, » a-t-elle ronronné, « veux-tu me baiser ?« . Sa voix dégoulinait encore de luxure et a fait naître une nouvelle excitation en lui.

« Hum… »

« Ryan, » sa voix soyeuse, « Je veux que tu me baises. Doucement et lentement. Je veux jouir avec toi au fond de moi. Tu as le droit de faire ça ce soir, n’est-ce pas ? » Il a remarqué que ses mains s’étaient glissées sous la couette, ses yeux à moitié fermés, ses lèvres légèrement pincées.

Il a dézippé son pantalon et l’a laissé tomber sur le sol, le quittant pendant qu’il déboutonnait sa chemise. Elle l’a regardé se déshabiller, sa main bougeant lentement sous les draps, sa langue mouillant ses lèvres, le souffle toujours court et rapide. Alors que Ryan se débarrassait des derniers vêtements, soigneusement sélectionnés pour la soirée par les filles, elle a commencé à se redresser, mais il l’a doucement retenue, se penchant à la place pour un long et lent baiser. Ses lèvres ont glissé de sa bouche à son cou lisse et sont descendues jusqu’à sa poitrine. Ses doux baisers autour de ses tétons durs ont provoqué un faible soupir d’Ashley, ou peut-être était-ce son doigt qui taquinait son propre clito qui a commencé à la faire remonter vers le sommet.

Ryan a embrassé son ventre, laissant ses mains glisser sur ses seins, sortant doucement son bras de sous les couvertures.

Il s’est arrêté pour lever les yeux et dire « C’est mon travail ce soir ».

Il a embrassé l’intérieur de sa cuisse sensible, s’arrêtant pour faire glisser ses ongles le long de la partie supérieure de sa jambe, son excitation étant à nouveau évidente. Son souffle chaud a baigné sa chatte, et elle a dû s’empêcher de le supplier d’aller plus vite. Ryan a laissé sa langue effleurer ses lèvres gonflées, traçant un cercle autour de toute sa chatte, et elle a répondu en arquant ses hanches, essayant de se pousser vers sa bouche chaude.

Il s’est arrêté. « Plus tu bouges, Ash, plus je vais ralentir. »

« Tu me rends folle », a dit Ashley.

Il a effleuré le bout de son clito, d’un côté à l’autre, envoyant une vague de plaisir dans tout son corps. Elle a commencé à gémir à chaque respiration rapide. Il a gardé la pression aussi légère que possible, effleurant juste le clito, la taquinant, tandis qu’il glissait lentement deux doigts en elle, recourbant les doigts vers le haut. Sa langue a commencé à faire le tour de son clito, rapidement mais avec à peine de la pression, ses hanches ont commencé à bouger en même temps que sa langue.

« Tu n’es pas encore prête à jouir, n’est-ce pas ? »

Elle a levé la tête pour regarder l’homme entre ses jambes. « Je suis proche. Fais-moi jouir. »

Un autre gémissement alors qu’il appuyait sa langue à plat contre son clito et la faisait tourner en rond, ses doigts glissant lentement dans et hors d’elle. « Mon Dieu, je suis au bord du gouffre. »

Puis il s’est arrêté. Ses doigts ont glissé hors d’elle, se sont levés et ont soulevé ses hanches pour déplacer son corps afin que ses jambes soient de chaque côté de lui. Elle pouvait sentir le bout de sa bite dure frôler sa chatte humide. Elle voulait tellement le sentir glisser à fond en elle maintenant, mais sa main tenait la base de sa tige et il a fait courir la tête de haut en bas de la fente, la laissant rebondir sur son clito. Il a laissé la pointe glisser juste assez loin pour qu’ils puissent tous les deux la sentir à l’intérieur d’elle, une main caressant lentement l’intérieur de sa cuisse. L’autre a commencé à faire glisser la longueur de sa tige, se cognant contre elle à chaque coup. Il a regardé son visage, les cheveux noirs éparpillés sur le lit, les sourcils froncés soit par la concentration soit en attendant l’orgasme, les bras écartés, l’invitant à entrer enfin en elle.

Il a lâché sa queue et est entré lentement en elle, laissant l’électricité se développer. Elle a haleté lorsqu’il l’a remplie et a commencé à se retirer. Des poussées lentes et délibérées, la guidant jusqu’au bord. Elle gémissait à chaque pénétration maintenant, et il sentait son propre orgasme commencer à se développer. Sa main a serpenté vers le bas, l’index et le pouce formant un cercle autour de sa queue lisse, la serrant doucement pour qu’elle glisse entre les doigts et la chatte.

Son rythme était plus rapide maintenant, aucun des deux n’étant capable de retarder plus longtemps.

« Ash, je me rapproche ».

Elle a levé les yeux vers lui et d’une voix éraillée et pleine de sexe, elle a dit : « Moi aussi, chérie. » Un gémissement et puis, « Baise-moi fort maintenant. »

Ses doigts se sont resserrés sur sa queue qui battait en elle, s’immergeant dans la chaleur humide de sa boîte. Il pouvait sentir sa chatte commencer à se serrer, et entendre son souffle se couper, puis un long gémissement bruyant alors que son orgasme s’emparait d’elle. Il a continué son rythme, ne lâchant rien, faisant passer le plaisir dans tout son corps, rapprochant sa propre libération.

« Ryan, jouis en moi », c’est tout ce qu’elle a dit, mais c’était trop pour lui. Il pouvait sentir ses jambes s’affaiblir alors que le sperme s’écoulait le long de sa queue et se déversait en elle. Sa main a relâché sa queue épuisée et a commencé à frotter son clito pendant qu’elle prenait son plaisir. La sensation de ses propres doigts qui tournaient autour de son clito et de sa queue qui la remplissait a maintenu son orgasme et elle a savouré la lente descente de la montagne de plaisir qu’ils avaient gravie.

Ils étaient allongés dans le lit, regardant les derniers feux répandre une lumière chaude dans la pièce.

Ashley s’est retournée et a regardé Ryan. « Merci. »

Il a émis un petit rire, se demandant ce qu’il était censé dire dans un moment pareil. « De rien ? » et ils ont tous les deux gloussé.

Partie II : La récompense

Ryan a franchi la porte d’entrée, vérifiant sa montre. Il était un peu plus de 8 heures du matin. Il emportait avec lui des émotions mitigées de la nuit précédente – le regret de ne pas pouvoir être à nouveau avec Ashely, un intense sentiment de satisfaction et un peu de culpabilité. Malgré le fait que la soirée était l’idée d’Emilie, il s’est dit qu’ils auraient besoin de parler de tout cela.

Une note attendait sur la table de la cuisine : « Bonjour – Carole et moi sommes au petit-déjeuner. Je serai à la maison vers 10 heures. Je t’aime, Em. PS. J’espère que tu vas bien – ne t’inquiète pas », et plus loin sur la page, dans une main différente, était griffonné : « J’espère que tu l’as bien percée ». Ryan a ri et a su que c’était Carole, probablement écrit après qu’Emilie soit partie. Sa trépidation s’est considérablement allégée avec la note, et il a pensé qu’un café et une douche étaient de mise.

Ryan était dans la cuisine lorsque la porte d’entrée s’est ouverte, le café à la main, enveloppé dans un peignoir blanc, qui semblait étrangement appartenir à un hôtel.

« Salut les gars. Comment était le petit-déjeuner ? » Ryan s’est senti stupide rien qu’en posant une question aussi inepte.

Emilie l’a embrassé, d’abord sur la joue, puis sur la bouche, en enroulant ses bras autour de son cou. « C’était bien, merci. »

Elle s’est reculée et l’a examiné. « Nouveau peignoir ? » Ils ont ri et ont laissé la tension commencer à s’évacuer. Ryan a regardé Carole, cheveux roux et tout. Leurs regards se sont croisés et elle lui a donné un rapide haussement de sourcils comme pour lui faire comprendre qu’ils étaient tous sur la même longueur d’onde, qu’Emilie allait bien et qu’il devait l’être aussi.

« Salut Ryan », a demandé Carole, « Devine à qui nous avons parlé ce matin ? ».

Ryan a tenu son menton et a fait semblant de réfléchir. « Hmmm… »

« Putain de merde ! Trois fois ? J’ai toujours pensé que tu avais ça en toi, mais Emilie ne nous dit jamais rien, » a éclaté Carole, un grand sourire sur le visage, « Bien joué, Ryan. »

Emilie a dit : « Ashley m’a dit de te remercier, elle a passé un excellent moment et ne s’est pas sentie aussi bien dans sa peau depuis des années. »

Ryan a hoché la tête, ne sachant pas trop quoi dire. Un sourire excentrique s’est dessiné sur son visage.

« C’est pour quoi faire ? Revivre la nuit dernière, tombeur ? a demandé Carole.

« Non, c’est juste que c’est un peu étrange. Je veux dire, je n’ai jamais imaginé que je baiserais une autre femme, et encore moins l’amie de ma femme, et qu’on me remercierait pour ça. Le monde a définitivement pris une tournure surréaliste. »

« Ouais, eh bien, à quelque chose malheur est bon », dit Emilie.

« Huh ? » Ryan l’a regardée, « Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Emilie s’est mise devant lui. « Eh bien, Carole et moi parlions au petit-déjeuner et nous nous sommes dit que les choses ne pouvaient pas être plus bizarres. Pas d’une mauvaise façon, juste inattendues. Nous avons décidé que ce serait une bonne journée pour que chacun vive un fantasme. Ashley a eu le sien hier soir, nous le savions tous et ne mens pas, tu sais qu’elle a eu des pensées pour toi. »

Ryan a ressenti une poussée d’excitation, bien que d’une manière qu’il ne pouvait pas immédiatement décrire, il n’était pas surpris par cela. Carole s’est installée à côté d’Emilie, ses yeux verts le regardant intensément.

« Ok… alors qui est le prochain ? Je n’arrive pas à croire que je viens de demander ça, » dit Ryan.

Carole a fait un sourire de Cheshire. « C’est toi. »

Elle s’est tournée vers Emilie, a légèrement tenu les joues de l’autre femme entre ses mains et l’a embrassée. Légèrement au début, juste sur les coins de la bouche, laissant les cheveux bruns et roux se mélanger. Emilie a fermé les yeux, ses mains se sont enroulées autour de la taille de Carole, la tirant plus près. Leur baiser a gagné en intensité, les langues s’entrechoquant, les mains de Carole se faufilant dans les cheveux d’Emilie, les déplaçant en arrière pour donner une meilleure vue à Ryan.

« Alors, vous avez déjà fait ça avant ? » était tout ce qu’il pouvait penser à dire.

Carole s’est retirée, laissant Emilie avec le visage tourné vers le haut et les yeux fermés. « Non », a-t-elle dit, « Maintenant, plus de questions ».

Emilie s’est approchée et a desserré la ceinture de la robe de Ryan, la laissant s’ouvrir. Il était à moitié en érection à l’idée de ce qu’il espérait voir arriver ensuite.

Emilie a dit : « Détends-toi et profite de nous », en se laissant tomber à genoux et en passant sa langue le long de sa queue en pleine croissance, ses mains stabilisant ses hanches. Carole s’est avancée et l’a légèrement embrassé, terminant le baiser en traçant ses lèvres avec sa langue. Elle a chuchoté à son oreille, « Que veux-tu que je fasse ? ». En réponse, il a jeté un coup d’œil à Emilie, et Carole s’est lentement abaissée au sol. Sa bouche a rejoint celle d’Emilie, les deux femmes le peignant avec des langues chaudes, tourbillonnant sur la tête et redescendant le long du manche. L’une après l’autre, elles ont pris sa queue dans leur bouche, le suçant fort et rapidement, puis ralentissant avant que l’autre ne prenne son tour. La sensation des femmes qui alternent envoyait Ryan au bord du précipice – il n’était pas préparé à quel point elles étaient différentes, à quel point elles se complétaient l’une l’autre.

Carole a fait glisser sa chemise sur son entendu, et a baissé le soutien-gorge noir en dentelle, laissant ses seins se répandre. Sa bouche a lentement travaillé la queue de Ryan pendant que ses mains pétrissaient et pinçaient ses mamelons. Emilie s’est penchée et a pris un des tétons de Carole dans sa bouche, en le suçant fortement, et Carole a laissé échapper un doux gémissement. Ses yeux verts ont rencontré ceux de Ryan.

« Nous n’avons jamais fait ça avant, mais ce n’est pas comme si Emilie et moi n’avions pas parlé de ce que nous aimons. Elle sait exactement comment j’aime être satisfait, » et elle s’est levée, aidant Emilie à se relever après elle. Ryan fixait son corps à moitié nu. Il y avait quelque chose d’irrésistible chez une femme en jean et rien d’autre – cela le plongeait dans la luxure et l’inquiétude qu’il puisse jouir simplement en restant là lui a traversé l’esprit.

Carole a conduit Emilie et Ryan vers le canapé. Elle a poussé Ryan et s’est agenouillée entre ses jambes, a attrapé sa queue et a glissé la tête gonflée dans sa bouche. Une main a glissé de haut en bas de la tige, l’autre a doucement pressé ses couilles. Il a jeté un coup d’œil à Emilie, qui était derrière Carole et qui tendait la main pour dézipper son jean.

Elle a chuchoté à Carole, « Il va bientôt jouir. Il adore se faire sucer comme ça. »

Carole a pris toute sa bite dans sa bouche, se tirant lentement sur toute sa longueur avant de s’arrêter, le laissant proche de l’orgasme. Elle s’est levée et a laissé Emilie faire glisser le jean le long de ses jambes.

« Pas de culotte. Jolie touche, » pensa Ryan. Il a vu qu’elle était taillée mais pas rasée de près comme Emilie et a eu envie de plonger sa langue en elle. Elle l’a repoussé vers le bas, à califourchon sur lui, laissant sa chatte glisser le long de sa queue.

« C’est un avant-goût de ce que tu auras plus tard. Quand je déciderai de te laisser me baiser, » Carole le regarda dans les yeux en disant cela. Elle l’a enjambé, toujours face au canapé. Ses bras se sont appuyés sur le dossier du canapé pour qu’elle soit penchée en avant, le cul en l’air, les jambes écartées en guise d’invitation ouverte. Emilie a glissé pour s’asseoir sur le sol entre les jambes de Carole, ses mains ont attrapé le cul de Carole et ont tiré sa chatte vers son visage. Il n’y avait plus de subtilité entre les deux femmes, et Emilie a laissé sa langue effleurer le clito de Carole, d’avant en arrière, la taquinant. Carole a commencé à gémir, essayant de cambrer son dos contre les mains d’Emilie, tandis que sa langue continuait à travailler son clito.

« Mon Dieu, Em, je n’aurais jamais imaginé. C’est si bon, » Carole a baissé les yeux vers Emilie, les cheveux roux se répandant autour de son visage, « Tu veux que je jouisse ? ».

Emilie a commencé à glisser un doigt dans Carole pendant que sa langue traçait de légers cercles autour de son clito. Elle a commencé à la doigter plus rapidement, rapprochant Carole de l’orgasme. Elle a regardé Ryan, toujours assis sur le canapé, faisant lentement glisser sa main le long de sa queue.

« Tu peux me baiser maintenant », c’est tout ce que Carole a réussi à dire.

Il s’est mis derrière Carole, à califourchon sur son Emilie, et a pressé sa bite contre sa chatte gonflée. Emilie l’a attrapé et lui a léché la tête en tenant la base de sa queue.

« Doucement Ryan, » dit-elle, « Fais-la durer ».

Il a commencé à pénétrer Carole par derrière, juste la tête, pendant qu’Emilie lui léchait le clito avec la plus douce des pressions.

« Merde, est-ce que tu pourrais juste me baiser ? Vous êtes en train de me tuer ici. » Sa tête roulait d’un côté à l’autre, ses seins se balançant sous elle tandis qu’elle se déplaçait sur le visage d’Emilie, essayant en vain de trouver plus de satisfaction.

Ryan a glissé une plus grande partie de lui-même à l’intérieur, et maintenant il pouvait sentir les légers scintillements de la langue de sa femme alternant entre sa queue et le clito de Carole, tandis que sa main le retenait toujours. Elle l’a maintenu ainsi pendant plusieurs secondes avant de le laisser glisser le reste de sa personne dans Carole. La sensation d’être remplie par Ryan et la langue d’Emilie qui travaillait son clito l’ont fait craquer.

Elle a laissé échapper un gémissement fort, « Yesss… ».

Ryan pouvait sentir qu’elle se crispait sur sa queue et Emilie a relâché sa prise.

« Maintenant, baise-la bien, Ryan. Fais en sorte qu’elle jouisse. »

Il a glissé jusqu’au bout et est rentré, la bite glissant d’abord dans les doigts d’Emilie puis dans la chatte de Carole. Carole a recommencé à gémir, plus fort à chaque pénétration, et Emilie a recommencé à lui lécher le clito, provoquant un deuxième orgasme chez Carole. Ses gémissements étaient trop forts pour Ryan, et il a pulsé profondément dans Carole, attrapant ses hanches pour une dernière poussée alors qu’il se dépensait en elle.

Ils sont restés assis ainsi pendant plusieurs secondes, Carole laissant les vagues de plaisir s’éloigner lentement, Ryan laissant le dernier orgasme s’écouler dans Carole, et Emilie donnant les plus légers frôlements de sa langue sur le clito maintenant sensible de Carole.

Carole s’est retournée et a regardé Ryan. « Deux en bas, un à venir. »

Partie III : Celle qui attend le plus longtemps est attachée.

Carole était debout, nue, le visage rougi par le sexe. Elle a baissé les yeux vers Emilie.

« À ton tour », a-t-elle dit en l’aidant à se relever du sol, « mais dans le lit ». Elle a embrassé Emilie durement, a déboutonné son chemisier, laissant entrevoir ses petits seins à travers son soutien-gorge et a commencé à la conduire à l’étage avant de se retourner vers Ryan.

« Oh, hun ? Nous allons avoir besoin de toi pour ça. »

Ryan a suivi les deux femmes dans les escaliers et sa bite maintenant à moitié dure a ressenti de nouveaux remous de vie. Leur chambre était simple – la seule pièce extravagante était le lit à quatre pieds. Emilie et Ryan avaient parlé de s’attacher l’un à l’autre, les jambes écartées sur le lit, à la merci de l’autre, mais n’avaient jamais trouvé le bon moment. Carole a commencé à déshabiller Emilie, embrassant son cou tout en passant la main derrière elle pour dégrafer son soutien-gorge. Elle est descendue pour sucer chaque téton, donnant à Emilie de petits grignotages pendant que ses mains déboutonnaient son pantalon. Ryan savait qu’Emilie devait être humide, sa chatte gonflée de désir à présent. Il savait qu’elle s’était toujours interrogée sur le fait d’être avec une autre femme, et il savait aussi qu’ils trouvaient tous les deux Carole irrésistiblement sexy.

Il s’est déplacé derrière sa femme, passant ses doigts doucement sur son dos, descendant ses mains le long de ses hanches pour accrocher ses doigts sous l’élastique de sa culotte. Lentement, il s’est mis à genoux derrière elle, tirant son string vers le bas, caressant ses cuisses en embrassant l’arrière de ses jambes. Carole s’est agenouillée devant elle et sa langue est entrée et sortie de sa bouche, envoyant des chocs de plaisir dans le clitoris d’Emilie.

Carole a jeté un coup d’œil et a dit : « Ryan, trouve-moi des écharpes, chérie ». Elle s’est levée, a pris Emilie par la main et l’a conduite jusqu’au lit, l’embrassant à nouveau avant de la plaquer doucement contre son dos. Ils ont passé une écharpe autour de chacune des mains d’Emilie et les autres extrémités au cadre du lit. Carole s’est agenouillée entre ses jambes et a glissé sa langue dans Emilie. Emilie a gémi et a levé ses jambes sur les épaules de Carole.

« Vilaine Em », a dit Carole, « Maintenant il faut finir de t’attacher ».

La lumière du matin se répandait sur Emilie, tachetant son corps athlétique d’une alternance d’ombre et de lumière. La vision était intensément érotique pour Carole, la belle Emilie attachée à son lit, attendant ce qu’elles avaient en réserve pour elle.

Carole se tenait sur le côté du lit, tendant une main pour masser le clito d’Emilie et l’autre pour pincer un téton, assez fort pour qu’Em gémisse. Elle a maintenu cela pendant plusieurs secondes, puis les deux mains se sont arrêtées.

« N’arrête pas… » Emilie a supplié.

Carole s’est approchée de sa tête et lui a murmuré à l’oreille, « Une femme attachée n’est pas en position de faire des demandes, n’est-ce pas ? » et sa langue a tracé les lèvres d’Emilie.

Ryan se tenait à côté des femmes, pas sûr de son rôle, craignant de perturber les choses. Carole s’est agenouillée devant lui et a lentement pris sa queue dans sa bouche, laissant Emilie bien en vue. Elle était lente, délibérée, laissant sa langue tracer des motifs élaborés sur la tête, le prenant entièrement.

« Tu aimes me regarder le sucer ? Est-ce que je dois le faire jouir ? Je peux et nous le savons tous,  » a-t-elle ronronné,  » Je ne peux pas imaginer à quel point tu dois avoir envie qu’il te baise en ce moment.  »

Carole a tendu la main sous le lit et a sorti un des vibromasseurs d’Emilie de sa « boîte à jouets » – un grand violet qui la rendait folle quand Ryan l’utilisait sur elle.

Elle s’est levée, a donné un baiser humide à Ryan et a dit : « Désolé chéri, tu devras attendre aussi ».

Carole s’est assise sur le bord du lit, « Peut-être aimerais-tu me regarder utiliser ton vibrateur sur moi ? ». Elle a glissé le vibromasseur dans sa chatte lisse et humide et l’a éteint, faisant passer un éclair de plaisir.

« Emilie ! Celui-là est sympa. Oh mon Dieu, je vais perdre la tête dans environ 5 secondes, » sa tête s’est penchée en arrière alors qu’elle commençait à pomper le vibrateur. Ryan s’est avancé et a commencé à frotter son clito avec un doigt.

« Ryan, arrête avant que je jouisse », siffle Carole et reprend son souffle.

Elle a pivoté et a passé le vibrateur sur le clito d’Emilie.

« Comment c’est, ma puce ? » a demandé Carole avant de le glisser dans sa chatte, regardant Emilie se débattre contre les écharpes qui la retenaient.

Carole s’est levée, laissant le vibrateur enfoui profondément dans Emilie et a dit : « Ryan, montre-moi comment elle aime qu’on lui lèche la chatte. »

La respiration d’Emilie est devenue irrégulière alors que le vibromasseur travaillait en elle, ses hanches s’écrasaient en avant, essayant de presser son clito contre le manche. Ryan s’est penché et a appuyé ses hanches sur le lit, baissant sa tête entre ses jambes. Il a commencé à faire entrer et sortir le vibrateur en elle, la baisant avec sa longueur violette. Sa langue a trouvé son clito et a tourné autour, la taquinant, la gardant juste à distance. Ryan a levé les yeux et a vu Carole grimper sur le lit, jetant une jambe sur Emilie, chevauchant sa poitrine.

Emilie a gémi pendant que Ryan laissait sa langue parcourir son clito d’avant en arrière, faisant glisser le vibrateur d’avant en arrière. Elle a lutté pour bouger, mais le sentiment d’impuissance a accentué la sensation de plaisir.

Carole a avancé jusqu’à ce qu’elle soit au-dessus de la bouche d’Emilie, rejetant sa tête en arrière alors qu’Emilie appuyait sa langue contre le clito de Carole, faisant monter une nouvelle vague de chaleur dans son corps.

Ryan pouvait voir qu’Emilie était sur le bord, se tordant contre les écharpes qui la retenaient contre leur désir. Il a arrêté sa langue et a lentement retiré le vibrateur, le laissant bourdonner sur son clito avant de l’éteindre. Il a grimpé sur le lit entre les jambes écartées et les hanches déhanchées d’Emilie et a pressé sa bite dure contre sa chatte, la faisant glisser lentement à l’intérieur, faisant grincer son bassin contre son clito avant de la retirer complètement. Devant lui, les gémissements de Carole sont devenus plus forts, plus animaux, alors qu’elle s’approchait de son orgasme, Emilie passant sa langue sur son clito.

Ryan n’a pas pu se retenir plus longtemps. Il a commencé à pomper sa bite dans Emilie, la chaleur, l’humidité d’elle le massant à chaque poussée. Sa chatte a commencé à se contracter en spasmes sur lui et il savait qu’elle était sur le point de jouir.

« Emilie, j’éjacule en ce moment. Oh putain… » Carole a gémi.

Les sons de l’orgasme de Carole et la sensation de Ryan qui la baise en rythme ont fait basculer Emilie et elle a joui lorsque son propre orgasme a explosé en elle. Elle a soulevé ses hanches, le laissant s’enfoncer dans son corps, des vagues de plaisir la traversant tandis qu’il continuait à pousser, soutirant son orgasme.

Ils passèrent tous les trois les prochaines minutes en silence avant que Carole ne desserre discrètement les écharpes, laissant Emilie passer ses bras entre eux.

Ryan a regardé sa belle femme, « Ne te méprends pas, j’ai adoré ça, mais je crois que je ne suis pas sûr que le fantasme de qui était celui de qui ».

« Eh bien, » dit-elle, « Nous avons le reste de la matinée pour régler ça, » sa main plongeant entre ses jambes, laissant son doigt faire un cercle rapide autour de son clitoris.

histoire sexe baise arrangee

© Copyright 2019 https://amateurscougars.eu/ - Tous droits réservés

Tchat Coquin & Gratuit