Cam sexy avec une femme mature

Femme mature nue en cam

Séance de pegging à la première rencontre

Réseau Social Pour Adultes

Mon dernier petit ami a rompu avec moi parce que j’étais « trop agressive ». Notre société attend des femmes qu’elles soient passives pendant le sexe. Je n’ai jamais voulu être une femme qui reste allongée, passive et gémissante, les jambes écartées comme une grenouille sur une assiette. J’aime être au dessus. Je me mettais toujours à califourchon sur lui et je posais mes mains sur ses avant-bras pour pouvoir le plaquer au sol, puis j’enfonçais ma chatte sur sa queue. Quand il était proche de l’éjaculation, je ralentissais et je montais et descendais en longs coups aguicheurs pour l’achever.

J’aimais regarder son visage quand il éjaculait. Une fois, il a même gémi un peu, et j’étais aux anges. Malheureusement, il a rompu avec moi peu de temps après.

Dans mon excitation post-rupture, j’ai cherché du porno sur Internet. J’ai cherché « femmes dominatrice », et j’ai vite regardé des sites de bondage et de domination féminine. Ce n’est pas ce que j’aime. Qui voudrait faire souffrir son amant ? Je veux lui donner du plaisir. Il y a une puissance incroyable là-dedans, le forcer doucement à prendre du plaisir, faire en sorte que son corps réponde à mes ordres. Il y a beaucoup de porno où l’homme fait ça à son amant. Je voulais juste voir une relation normale, amoureuse… où c’était la femme qui baisait son homme.

J’étais sur le point d’abandonner quand j’ai vu ma première vidéo de « pegging ».

Le pegging, c’est quand une femme porte un gode-ceinture et pénètre un homme par voie anale. Je n’avais jamais entendu parler de cela auparavant, et j’étais fascinée. Dans la vidéo que j’ai vue cette première nuit, une brune était nue, à l’exception d’un gode bleu vif. Il était sur le canapé, en levrette, et elle était derrière lui. Elle prenait clairement plaisir à le caresser. Lui aussi prenait visiblement du plaisir, mais il ne touchait pas son pénis. Puis ils ont changé de position. Il s’est allongé sur le dos, a écarté les jambes et a ramené ses genoux presque jusqu’à sa poitrine. Elle s’est glissée à l’intérieur, et on pouvait clairement entendre le slurp, slurp, slurp d’une bite pénétrant un orifice humide. Elle a augmenté sa vitesse jusqu’à ce qu’elle lui rentre dedans, et on pouvait entendre le claquement de son entrejambe contre son cul. Et puis le son le plus délicieux : il a commencé doucement mais a augmenté en volume, un gémissement plaintif de plaisir profond, très soumis mais indubitablement baryton. « Tu aimes ça, n’est-ce pas ? » dit-elle, possessive. Elle a poussé plus rapidement, il a gémi plus fort, et j’ai commencé à me masturber comme une femme en chaleur. Sans jamais toucher son pénis, il a joui abondamment sur son propre torse, et cette vue m’a fait jouir.

Comment n’avais-je jamais su cela avant ? J’ai eu un déclic d’une manière qu’aucun autre acte sexuel, réel ou fantasmé, n’avait jamais eu. Je savais que je devais en faire l’expérience. J’ai rattrapé le temps perdu. Au cours des semaines suivantes, j’ai lu tout ce que je pouvais. J’ai rejoint des groupes en ligne, demandé des conseils, commandé du matériel et continué à me masturber en pensant à mon nouveau fantasme. J’ai choisi un gode double en silicone , afin d’être directement stimulée. Le Share était d’une couleur rose clair qui correspondait à peu près à ma couleur de peau. Dans la mesure du possible, je voulais que ce gode ressemble à « ma » bite. Sur les conseils des internautes, je savais que le gode double me donnerait beaucoup de plaisir, mais qu’il avait besoin de plus de soutien, surtout lors des poussées vigoureuses.

En attendant, j’ai imaginé à quoi pouvait ressembler le fait d’avoir une bite. Par curiosité, j’ai roulé une chaussette et l’ai glissée dans ma culotte. Me regarder dans le miroir était surréaliste. Le paquet d’un homme est-il vraiment si gros ? En vérité, la chaussette faisait une dotation plutôt modeste, mais j’ai été choqué de voir à quel point elle déformait ma silhouette. Laissez-moi être claire : je ne veux pas être un homme. J’aime être une femme. J’aime les vêtements, le shopping et les chaussures. Dans presque tous les aspects de ma vie, je peux même être girly. Alors pourquoi est-il incongru pour une femme féminine de vouloir écarter les jambes de son homme, de saisir ses hanches, de le pénétrer et de l’entendre gémir de plaisir ? Est-ce seulement parce qu’une femme n’est pas née avec le bon équipement ? La biologie ne devrait pas être notre destin. Je ne voulais plus être l’objet sexuel de quelqu’un d’autre. En me regardant dans le miroir, la bosse de mes sous-vêtements rendait ce désir évident.

Quelques jours plus tard, le gode ceinture est arrivé. J’ai à peine respiré en ouvrant la boîte. Il était là : rose, presque de la même couleur que ma chair, un bulbe « poney » plus court pour moi et une longue bite ferme pour le cul d’un nouveau prétendant. J’ai introduit la tige dans l’anneau du harnais, j’ai fait glisser le harnais le long de mes jambes, j’ai fermé les yeux et j’ai passé une minute à me pénétrer lentement avec l’ampoule. J’étais déjà mouillée. Une fois qu’elle est entrée, j’ai ajusté mon harnais jusqu’à ce qu’il soit bien ajusté, je me suis mis devant le miroir et j’ai ouvert les yeux. J’ai failli m’évanouir. Vu la similitude des teintes de peau, on aurait presque dit un vrai pénis qui sortait du harnais. Une femme se regarde dans le miroir tous les jours et voit un corps lisse, aux courbes harmonieuses. Maintenant, il y avait un doigt pointu et charnu qui sortait de mon entrejambe. Il avait l’air si puissant, la luxure incarnée. Je l’ai touché. Juste un coup timide au début, mais même avec ce léger contact, j’ai senti des vibrations. J’ai essayé de le caresser de différentes manières jusqu’à ce que je trouve qu’une prise ferme et beaucoup de va-et-vient transmettaient les vibrations jusqu’à mon clitoris. En regardant dans le miroir, cela ressemblait vraiment à la technique qu’un homme utilise pour se branler. J’ai joui. Durement.

Je me suis masturbée la chatte avec le gode tous les soirs pendant une semaine. Ce qui m’excitait le plus, c’était l’image mentale du visage d’un homme au moment où je le pénétrais. Même quand j’étais au dessus, même quand je l’avais plaqué au sol, je ne le baisais pas vraiment. C’était toujours mon corps qui était pénétré. Mes pitreries n’étaient qu’une distraction, une tentative d’oublier qu’il était dans mon corps, que c’était moi qu’on baisait. Maintenant je peux avoir ce que j’ai toujours voulu : être le baiseur. Je veux savoir qu’il est complètement vulnérable face à moi, qu’il m’ouvre son corps. Je veux le faire gémir à chacune de mes poussées amoureuses, la gratitude ravie sur son visage.

La semaine suivante, j’ai décidé de partir à la recherche de mon nouveau mec. J’ai planifié chaque détail. Je pourrais normalement sortir avec mes copines, mais elles me ralentiraient ce soir. De même, je devais trouver un homme seul ; s’il était avec des amis, ma tentative de le draguer aurait probablement l’air désespérée. Mais je ne voulais pas non plus quelqu’un qui soit seul et qui essaie de draguer – un connard qui vole en solo et qui cherche à se faire remarquer. J’avais besoin de trouver un gars normal, qui traîne juste tout seul. Un bar d’aéroport aurait pu faire l’affaire, s’il y avait eu un moyen de sceller le deal, alors j’ai choisi une salle de billard. Les mecs y vont pour se détendre, pas pour rencontrer des femmes. Combien de femmes célibataires as-tu déjà rencontrées dans une salle de billard ?

Je me suis habillé de façon décontractée : un jean et un joli chemisier. Aucune raison d’attirer trop d’attention injustifiée. Quand je suis arrivé à la salle de billard, je me suis commandé un bourbon sour et je me suis assis au bar. En sirotant mon verre, j’ai regardé les clients : deux garçons de fraternité jouant à la table du fond, le trio d’étudiantes à la table de gauche, un vieil homme au bar regardant le match de baseball à la télé, et un homme bien musclé discutant avec la barmaid sexy. J’aurais pu finir mon verre et partir, mais un beau gars est entré et a demandé une table. Il avait l’air blond sableux, un corps mince et svelte, et un visage mignon, mais je voulais le regarder pendant quelques minutes pour voir s’il était seul. J’ai commandé un autre verre et j’ai essayé d’agir comme si j’étais intéressée par le baseball pendant que je le regardais. Dix minutes plus tard, il était toujours seul. J’ai décidé de passer à l’action. Je devais la jouer cool. Aucun mec ne refuse le sexe, mais les mecs craignent qu’une fille qui les drague soit émotionnellement en manque d’affection et agisse comme si elle cherchait un petit ami sérieux. Il y avait un vrai risque de se planter. Je me suis approché de lui et j’ai dit avec désinvolture :

« Tu joues seul ? »

Il a levé les yeux vers moi, puis m’a adressé un sourire rapide. Il avait des cheveux bruns et de doux yeux verts, et il y avait quelque chose de doux dans son visage. « Oui, je crois. Je devais retrouver un ami ici, mais il vient d’appeler pour dire qu’il se désiste. La circulation. » Il a fait une pause.

« Eh bien, j’aimerais jouer contre vous, si ça ne vous dérange pas. »

Un autre sourire. « Le baseball ne vous convient pas ? »

« Non, ce n’est pas vraiment mon jeu. Alors, on y va ? » J’ai demandé. « Je m’appelle Megan. »

« Steve. » Il a placé les boules. Pendant qu’on jouait, j’en ai appris un peu plus sur lui. Steve était un étudiant diplômé en informatique. « Travail théorique seulement ; rien de pratique du tout », plaisantait-il. Il avait un an de moins que moi, et il venait également de mettre fin à une relation sérieuse. « J’ai choisi ce programme d’études supérieures pour rester avec elle, mais ça ne marchait pas. » Il était gentil et doux – peut-être un peu trop passif pour un homme. Et il avait été le contraire d’un dragueur.

Je lui ai demandé : « Pourquoi ta petite amie aurait-elle quitté quelqu’un d’aussi gentil que toi ? Tu es un tel amour. » C’était risqué. J’aurais pu l’effrayer avec cette question indiscrète – en ayant l’air d’une petite amie exigeante – mais il a répondu. Elle avait voulu quelqu’un de plus dur. Maintenant, j’en étais certaine : je savais qu’il me laisserait percer son cul. J’étais prête à le tester. Ce soir. J’ai coulé la boule huit, et une autre partie était terminée. C’était bien de partir avec au moins une victoire. « Eh bien, je suppose que je devrais y aller », ai-je dit de manière facétieuse.

« Umm, ouais. » Il a regardé sa montre. Il n’était pas vraiment tard. « Eh bien, je pourrais rester un peu. Mon bus part dans 25 minutes. »

Excellent, la chance était de mon côté ! « Je peux te déposer chez toi, si tu veux. » Il m’a regardé, évaluant la situation. J’ai attendu les cinq secondes les plus longues de ma vie, le cœur serré. Puis il a dit : « Oui, ce serait super. » Une vague de soulagement m’a envahi, et rétrospectivement, j’étais stupide. Quel homme refuserait de se faire conduire par une belle femme ? Nous sommes montés dans ma voiture, et j’ai conduit jusqu’à chez lui. Je me suis arrêté le long du trottoir et me suis garé.

« Eh bien, merci pour la balade », a-t-il dit.

« De rien », puis je me suis penchée et je l’ai embrassé. C’était un long baiser. Je me suis retrouvé à imaginer ses fesses bien ouvertes pour moi, et j’ai réalisé que j’avais ma main derrière sa tête, le tirant fortement pour le baiser. Il ne résistait pas, cependant. J’ai rompu le baiser.

Il a aspiré son souffle. « Megan, je t’aime bien, mais je viens de vivre une rupture difficile, et je ne suis pas sûr d’être prêt pour une autre relation. »

« Je ne suis pas à la recherche d’une relation, Steve. Je veux faire l’amour ce soir, avec toi. Sans attaches. » J’ai fait une pause. Il semblait choqué. « Pense à moi comme à un coup de rebond. »

Après un moment, il a dit, « Ça a l’air bien. » Je lui ai donné un baiser rapide, et nous sommes sortis de la voiture. J’ai attrapé mon sac avec mon harnais et ma gode ceinture, et nous sommes entrés.

* * *

Ma petite amie venait de rompre avec moi, disant que j’étais une mauviette au lit. J’ai toujours essayé de prendre soin de ses besoins, et ses remarques ont coupé. Mon ami Doug a dit qu’on devrait faire une partie de billard et noyer mes malheurs. Bien sûr, il était une merde et a été coincé dans le trafic. C’est comme ça que j’ai rencontré Megan.

Ses cheveux noirs étaient coupés court, presque comme ceux d’un garçon. Elle avait de beaux bonnets B et un corps superbe. Elle était assise seule et regardait du baseball, alors j’ai pensé qu’elle était lesbienne. J’ai été surpris quand elle s’est approchée pour me parler et flirter avec moi, choqué quand elle m’a proposé de me ramener chez moi, et stupéfait quand elle a dit qu’elle voulait faire l’amour. Je ne savais pas quoi penser. Cherchait-elle vraiment un petit ami ? Puis j’ai réalisé, qui s’en soucie ? Je me sentais seul, et être avec quelqu’un ce soir serait réconfortant.

Dès qu’on a franchi la porte de mon appartement, elle m’a embrassé. Je suis un embrasseur doux et lent, mais elle était agressive. Ça ne m’a pas dérangé. Une minute plus tard, elle me poussait sur le canapé. Avant que je m’en rende compte, elle avait enlevé ma chemise et léchait mes tétons. Aucune fille ne m’avait fait ça avant. C’était étonnamment plaisant. « Oh », j’ai haleté.

Elle m’a souri. « C’est bon, n’est-ce pas, bébé ? »

« Je ne savais pas que c’était le cas. »

« Je pense que tu vas faire beaucoup de découvertes de ce genre ce soir », a-t-elle dit. « Enlève-moi ce pantalon », a-t-elle ronronné. J’ai enlevé mes chaussures et j’ai levé mes fesses du canapé, et elle a baissé mon pantalon et mes sous-vêtements d’un seul geste. Elle s’est agenouillée entre mes jambes et a commencé à sucer ma bite dure. Elle a léché un côté de ma tige et l’autre côté. Elle a fait tournoyer sa langue autour du bout avant d’en prendre une bouchée. Sa main s’est accrochée à ma queue et a pompé d’avant en arrière. Sa langue s’est déplacée vers mes couilles, et elle a donné quelques coups de langue ludiques. Bientôt, sa langue était derrière mes couilles, parcourant mon cul de haut en bas. Avant que je ne le sache, elle léchait mon trou du cul.

« Whoa, Megan, je… »

« Détends-toi, bébé », a-t-elle dit, faisant une pause. « Est-ce que tu aimes ça ? »

« Je veux dire, ouais, mais… » mais avant que je puisse terminer ma pensée, elle léchait à nouveau ma porte arrière avec ardeur, en pompant ma bite avec son poing. Je n’avais jamais été rimé avant. Putain, c’était bon. Elle alternait entre de longues léchouilles du cul aux couilles et vice-versa et un sondage doux et insistant de mon trou du cul. J’étais plus sensible là-bas que je ne l’avais réalisé.

« Glisse vers l’avant », m’a-t-elle dit. J’ai glissé sur le canapé. « Tu apprécies ? » J’ai répondu par un soupir de plaisir. Elle m’a récompensé avec un rimming revigoré. J’ai fermé les yeux et bu les merveilleuses sensations. Bon sang, cette fille était une salope ! Deux minutes plus tard, elle me suçait à nouveau. Sa main s’est mise à frotter mon cul. Il était trempé et glissant. Ses doigts parcouraient ma fente de haut en bas. Et puis son majeur s’est arrêté, juste sur mon trou du cul, et elle a commencé à pousser. J’ai été tiré de ma rêverie.

« Megan, qu’est-ce que tu fais ? »

« Je veux te doigter, Steve. »

« Quoi ?! »

« Je veux mettre mon doigt dans ton trou du cul« , a-t-elle dit en me fixant avec convoitise. « Fais-moi confiance. Ca va être génial. » Avant que je puisse répondre, elle a enfoncé son doigt. « Tu vois comme tu es détendu ? » Puis elle a enfoncé son doigt au-delà de la deuxième phalange.

« Oh mon dieu ! »

Elle m’a reluqué. Elle s’est remise à sucer ma bite, en synchronisant sa succion avec la caresse de son doigt. Au début, j’avais la trouille. Mais c’était fantastique, comme rien de ce que j’avais connu. Je me suis perdu dans le plaisir.

« Là, lève tes jambes. Donne-moi plus d’accès », a-t-elle dit, en repoussant mon genou dans le canapé. J’ai obtempéré et soulevé mes pieds du sol. J’ai essayé de poser mes pieds sur le canapé, mais elle a grogné : « Non, plus loin », et j’ai bougé mes genoux jusqu’à ce qu’ils soient presque à égalité avec ma poitrine. Mes pieds étaient suspendus dans les airs. Elle s’est levée de ses genoux pour m’embrasser. Elle pressait son corps contre le mien. Je pouvais sentir son poids peser sur moi, aussi légère soit-elle. J’ai passé mes mains dans ses cheveux bruns et courts. Sa main a remonté le long de ma cuisse, et j’ai grogné d’impatience. Elle a introduit deux doigts en moi et les a fait entrer et sortir. Elle ne touchait même pas ma queue, mais les sensations étaient incroyables. J’avais l’impression que j’allais finir par jouir rien qu’à cause du doigté. Puis elle s’est arrêtée. J’ai ouvert les yeux et je l’ai vue me fixer avec un sourire malicieux, les doigts toujours en moi.

« Je veux te baiser, Steve. »

« Putain, je veux te baiser aussi. Allons au lit. »

« Non », dit-elle en secouant la tête. « Je veux te baiser. » Tout en parlant, elle a remué ses doigts pour insister. « Je veux mettre mon gode ceinture, et te baiser dans le cul. » Elle a laissé les mots en suspens. Ils m’ont réveillé instantanément de mes sensations sexuelles étourdissantes. Instantanément, tout avait basculé à 180 degrés. J’ai réalisé que j’étais allongé, les jambes écartées et les pieds en l’air, avec les doigts dans le cul. Elle n’était pas une salope. J’ai réalisé qu’elle avait prévu ça depuis le début pour m’amener à ce moment. Je devais être la salope. Je me sentais vulnérable, exposée et choquée, et son visage lascif était trop près du mien.

« Je ne peux pas », ai-je dit sans conviction.

« Si, tu peux. Tu l’es déjà. Ou bien est-ce que ça ne fait pas du bien ? » Elle a encore remué ses doigts.

« Je suppose, oui. »

« Tu vas avoir le meilleur orgasme que tu n’aies jamais eu. » Vu ce que j’avais déjà ressenti, ça pourrait bien être vrai.

« Je ne sais pas… »

« Fais-moi confiance, s’il te plaît. » Son expression s’est adoucie. Je me suis un peu détendu. Ce n’était pas un truc pour se venger de tous les hommes. Je veux dire, c’était quand même bizarre, et je ne la connaissais que depuis quelques heures, mais pour une raison quelconque, je lui faisais confiance. J’ai senti ma détermination fondre un peu. Quelque part, au fond de mon esprit, j’ai entendu mon ex-copine dire que je n’étais pas vraiment un homme, de toute façon. Je me suis dit : « Va te faire foutre, peut-être que quelqu’un m’aime comme je suis ».

« D’accord », ai-je dit doucement.

Elle a éclaté en un énorme sourire. « Tu ne le regretteras pas, bébé. Je vais te faire jouir si fort. Je reviens tout de suite. » Elle a attrapé son sac à main et a filé dans le couloir vers la salle de bain. La lumière s’est allumée, et la porte s’est refermée. Je me suis assise sur le canapé, étalant mes fesses mouillées sur le cuir. C’était si étrange. Qu’est-ce que j’étais sur le point de faire ? J’étais plus nerveuse que je ne l’avais jamais été avant le sexe. Même pour ma première fois, j’étais nerveuse, mais pas comme ça. J’ai entendu la porte de la salle de bain se fermer, et j’ai levé les yeux. Elle se tenait à la porte de la chambre, presque totalement nue. J’ai vu ses magnifiques seins pour la première fois. Mes yeux ont erré avec hésitation plus bas. Le harnais ressemblait à une culotte en cuir. Là, comme un phare sur une île, se trouvait son gode. On aurait dit une vraie bite. J’étais terrifiée mais je ne pouvais pas regarder ailleurs.

« Megan, tu es magnifique. »

« Tu es sacrément sexy, toi aussi. » Elle s’est approchée et s’est assise à côté de moi. Le gode sortait de son entrejambe. Je l’ai regardé fixement. De près, je pouvais dire que c’était un gode, même s’il avait une forme réaliste. Il avait l’air énorme. « Tu aimes ça ? » a-t-elle demandé, en le caressant d’une manière ludique.

« Tu sens quelque chose ? »

« Pas directement, non. Mais il y a un deuxième gode à l’intérieur qui me frotte très bien quand je bouge. En parlant de mouvements… » Elle s’est penchée vers moi et m’a embrassé profondément. Je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin de prendre d’initiative ce soir. Sa main pinçait mon téton. Bientôt, elle m’a poussé, et j’ai posé ma tête sur l’accoudoir. « Bébé, ça ne va marcher que si tu écartes les jambes. » J’ai obtempéré, et elle s’est blottie plus étroitement sur moi. Sa main a été instantanément à mon trou du cul, me doigtant à nouveau. J’ai gémi de surprise. « Ouais, c’est ça. Montre-moi à quel point tu aimes ça. » Elle est allée chercher du lubrifiant dans son sac et a commencé à lubrifier son gode.

Oh, qu’est-ce que j’allais faire ? « Lève tes jambes. » Je les ai soulevées à nouveau. J’ai senti la tête du gode sur ma porte arrière. « Détends-toi, bébé. Ça ne va piquer que pendant une seconde. » Et avec ça, elle a donné une bonne poussée, et il est entré. Ça a fait mal, et j’ai grimacé. « Relaxe. Respire. Laisse ton corps s’y habituer. » J’ai essayé de penser à autre chose qu’au fait qu’un gode entrait dans mon cul. En quelques instants, ça a cessé de faire mal. Tout ce qui restait était une agréable sensation de plénitude. « T’en veux encore ? » J’ai hoché la tête, et elle en a glissé davantage. J’avais l’impression de ne pas pouvoir en prendre plus, mais ça continuait. Puis j’ai senti son entrejambe frotter contre mes fesses.

« C’est fini. Tu as tout pris. » Je me suis senti un peu fier, et j’ai souri. « Maintenant », a-t-elle dit, « je vais te pilonner le cul. Je vais te baiser à mort. » Avec ça, elle a donné une grande et lente poussée. J’ai haleté.

« Ça fait du bien, n’est-ce pas ? »

« Oh, putain, je n’en avais aucune idée », ai-je dit à bout de souffle. Elle a gardé un rythme régulier. Chaque coup déclenchait une pluie de sensations dans mon corps.

« Enroule tes jambes autour de mon dos. » Je l’ai fait. « Est-ce que c’est différent ? »

« Pas vraiment. »

« Et comme ça ? » Elle a changé d’angle.

« Oh mon dieu. » Ça m’a fait rouler les yeux en arrière, c’était tellement bon.

« Oh ouais ? » Elle a accéléré le rythme. Ses coups étaient plus rapides et plus durs. Je délirais. Je gémissais. J’ai commencé à me déhancher pour suivre ses poussées. Je voulais sentir le gode aussi profondément que possible. Je pouvais sentir son gode au fond de moi, m’ouvrir. J’ai mis mes mains sur son cul.

« Putain, putain. Megan. Baise-moi. Oh, baise-moi plus fort, Megan. » Elle a accéléré, en me frappant. J’étais si proche. J’ai arqué mon dos et l’ai attirée encore plus profondément en moi avec mes jambes. Elle a ralenti, me taquinant, jusqu’à ce qu’un long coup lent, parfaitement synchronisé, me pousse à bout. « Oh, merde, je vais jouir. » J’ai senti mon trou du cul se contracter sur son gode, et j’ai giclé sur ma poitrine. Je me suis presque évanoui. C’était le meilleur orgasme de ma vie. Trente secondes plus tard, j’étais encore en train de redescendre. Mes jambes tremblaient. « Oh, merde, je suis désolé », j’ai dit.

« Pour quoi ? »

« Pour avoir joui si vite. Tu n’as pas encore joui, n’est-ce pas ? »

« Non », a-t-elle dit, et puis elle a souri. « On n’a pas encore fini. A quatre pattes. » Je pourrais m’habituer à ça.

femme sodomise homme

© Copyright 2019 https://amateurscougars.eu/ - Tous droits réservés

Tchat Coquin & Gratuit